Etude religieuse de nos paroisses

Les prêtres par paroisse de 1905 à nos jours
Les prêtres réfugiés
Mgr. Rastouil en 44 et 45
Les personnes de notre canton entrées en religion
Histoire de nos paroisses

Sur le plan religieux, les paroisses du canton de Saint-Sulpice-les-Feuilles ont appartenu au Doyenné de Lussac-les-Églises. Puis à partir de 1917 le doyenné a été transféré à Saint-Sulpice-les-Feuilles. Depuis 1967 Saint-Sulpice-les-Feuilles est rattaché au secteur de La Souterraine.
Des recherches effectuées aux Archives de l’Évêché de Limoges ont permis de fournir par paroisse les noms des différents prêtres y ayant résidé.

Les prêtres par paroisse de 1905 à nos jours

Paroisse d’Arnac-la-Poste

De 1898 à 1905 : M. Le Curé Joyon.
De 1905 à 1909 : M. Le Curé Conchon.
De 1909 à 1919 : M. Le Curé Gandois.
En 1919 : la paroisse était desservie par M. Le Curé Fournier de Saint-Hilaire-la-Treille.
En 1920 : elle était desservie par M. Le Curé Chaumont de Mailhac-sur-Benaize.
De 1920 à 1926 : M. Le Curé Péricat a été résident à Arnac-la-Poste.
En 1927  : M. Le Curé de Saint-Hilaire-la-Treille desservait à nouveau la paroisse.
De 1928 à 1941 : M. Le Curé Péricat..
De 1941 à 1952 : M. Le Curé De Combredet de St-Sulpice-les-Feuilles administrait Arnac-la-Poste.
De 1952 à 1959 : M. Le Curé Richard fut résident à Arnac-la-Poste.
De 1959 à 1962 : M. Le Curé Sauviat .
De 1962 à 1965 : M. Le Curé Jurgens de Saint-Sornin-Leulac desservait la paroisse.
Depuis 1965 : M. Le Curé Inizan dessert la paroisse d’Arnac-la-Poste.

Paroisse de Cromac

De 1892 à 1916  : M. Le Curé Bouchet.
En 1916 : Aucun prêtre n’était nommé à Cromac.
De 1917 à 1927 : M. Le Curé Cazabonne des Grands-Chézeaux a administré la paroisse.
De 1927 à 1931 :  M. Le Curé Lachaise.
De 1931 à 1939 : M. Le Curé Lacroix.
De 1939 à 1942 : M. Le Curé Bonneville.
De 1942 à 1962 : M. Le Curé Bercut.
De 1962 à 1965 : M. Le Curé Vuyl de Saint-Léger-Magnazeix a administré la paroisse.
Depuis 1965 : M. Le Curé Inizan dessert la paroisse de Cromac. D’abord résidant à Cromac, il est maintenant domicilié à Arnac-la-Poste.

Paroisse Les-Grands-Chézeaux

De 1889 à 1941 : M. Le Curé Cazabonne.
De 1941 à 1955  : M. Le Curé Magne.
Depuis 1955 : M. Le Curé Serizay de Saint-Sulpice-les-Feuilles administre la paroisse des Grands-Chézeaux.

Paroisse de Jouac

De 1895 à 1909  : M. Le Curé Laguionie.
En 1909 : Aucun prêtre n’est cité à Jouac.
Depuis la fin 1909 jusqu’en 1927  : M. Le Curé Berthon.
De 1927 à 1931  : M. Le Curé Lachaise de Cromac.
De 1931 à 1939 : M. Le Curé Lacroix de Cromac.
De 1939 à 1942 : M. Le Curé Bonneville de Cromac.
De 1942 à 1962 : M. Le Curé Bercut de Cromac.
De 1962 à 1968 : M. Le Curé Chausse de Lussac-lesÉglises.
De 1968 à aujourd’hui : M. Le Curé Dussoulier de Lussac dessert la paroisse de Jouac.

Paroisse de Lusac-les-Eglises

De 1890 à 1916 : M. Le Curé Nadaud.
De 1916 à 1936 : M. Le Curé Tricard.
De 1936 à 1955 : M. Le Curé Desbordes.
En 1956 : M. Le Chanoine Honoraire Gourrier.
De 1956 à 1968 : M. Le Curé Chausse.
Depuis 1968 : M. Le Curé Dussolier administre la paroisse de Lussac-les-Églises.

Paroisse de Mailhac-sur-Benaize

De 1900 à 1905 : M. Le Curé Marceron.
De 1908 à 1909 : Aucun prêtre n’est cité comme résident à Mailhac-sur-Benaize.
De 1910 à 1917 : M. Le Curé Vachez.
De 1917 à 1931 : M. Le Curé Chaumont.
De 1931 à 1939 : M. Le Curé Lacroix de Cromac.
De 1939 à 1942 : M. Le Curé Bonneville de Cromac.
De 1942 à 1962 : M. Le Curé Bercut de Cromac.
De 1962 à 1965 : M. Le Curé Vuyl de Saint-Léger-Magnazeix.
Depuis 1965 : La paroisse de Mailhac-sur-Benaize est administrée par M. Le Curé Inizan d’Arnac-la-Poste.

Paroisse de Saint-Georges-les-Landes

De 1898 à 1917 : M. Le Curé Vachez.
De 1917 à 1932 : M. Le Curé Chaumont de Mailhac-sur-Benaize.
De 1932 à 1941 : M. Le Curé Cazabonne des Grands-Chézeaux.
De 1941 à 1955 : M. Le Curé Magne des Grands-Chézeaux.
Depuis 1955 : La paroisse de Saint-Georges-les-Landes est administrée par M. Le Curé Serizay de Saint-Sulpice-les-Feuilles.

Paroisse de Saint-Martin-le-Mault

De 1905 à 1911 : Aucun prêtre n’est cité comme résident à Saint-Martin-le-Mault.
De 1911 à 1927 : M. Le Curé Berthon de Jouac administre la paroisse de Saint-Martin-le-Mault.
De 1927 à 1936 : M. Le Curé Tricard de Lussac-les-Églises.
De 1936 à 1955 : M. Le Curé Desbordes de Lussac-les-Églises.
En 1956 : M. Le Chanoine Honoraire Gourrier de Lussac-les-Églises.
De 1956 à 1968 : M. Le Curé Chausse de Lussac-les-Églises.
De 1968 à nos jours : M. Le Curé Dussoulier de Lussac-les-Églises.

Paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles

De 1893 à 1913 : M. Le Curé Galland.
Ont été successivement vicaire de Saint-Sulpice-les-Feuilles :
De 1903 à 1905 : M. Razet .
De 1905 à 1909 : M. De Combredet .
En 1909 : M. Villéger .
De 1909 à 1913 : M. Gouteirat .
A partir de 1913 : M. Le Curé Joly administre seul la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles .
En 1919 : M. Le Curé Joly est nommé Curé Doyen de Saint-Sulpice-les-Feuilles.
De 1937 à 1941 : M. Joly sera Chanoine Honoraire desservant de la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles
De 1941 à 1955 : M. Le Curé De Combredet sera à Saint-Sulpice-les-Feuilles en qualité de curé avec le titre de Chanoine.
De janvier 1955 à septembre 1955 : L’abbé Richard d’Arnac-la-Poste administrera la paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles.
Depuis 1955 jusqu’à ce jour : La paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles est desservie par M. Le Curé Doyen Serizay qui, entre temps, de 1967 à 1977, a été Curé Archiprêtre du Secteur de la Souterraine.

Haut de page

Les prêtres réfugiés

Pendant la 2nde guerre mondiale, l’Abbé Wollscheidt, curé de Neewiller est resté à St Sulpice avec ses paroissiens de 1939 à 1940.

Quant à M. l’Abbé Joseph Müller, curé de La Petite Pierre (Bas-Rhin), il a vécu à St Sulpice de 1941 au début de 1945.

Mgr. Rastouil en 44 et 45

En la cathédrale de Limoges, le vendredi 16 juin 1944, fête du Sacré Cœur, Monseigneur Rastouil, Évêque de Limoges, fit une condamnation publique et solennelle de l’intervention atroce des troupes allemandes à Oradour-sur-Glane. Quittant son évêché, en direction de l’Indre, Monseigneur Rastouil emprunta les petites routes des paroisses de Saint-Sulpice-les-Feuilles et des Grands-Chézeaux où la population l’a reconnu et lui a parlé quelques instants de même que de jeunes lorrains résidant dans l’actuelle maison Decressac. Monseigneur Rastouil revint aux Grands-Chézeaux en mai 1945, le jeudi de l’Ascension, pour bénir la Croix de Mission 1944, placée à l’angle de la route des Pages. En cette circonstance, les prisonniers de guerre, de retour de captivité, avaient décoré la Croix aux couleurs de la France avec des iris (bleu), des marguerites (blanc) et des pivoines (rouge).

Haut de page

Les personnes de notre canton entrées en religion

Dans notre canton, de 1905 à nos jours, plusieurs personnes ont eu une vocation religieuse.
– Marie, Camille, Léontine Gabiat (1867-1930) originaire de Saint-Georges-les-Landes, est entrée en religion sous le nom de Sœur Jeanne de Jésus, Supérieure du Monastère du Verbe Incarné à Azérables (Creuse).
– Sœur Andrée Bargel, native des Grands-Chézeaux, appartient à la Congrégation des Filles de Notre Dame du Sacré Cœur d’Issoudun. Très jeune elle fut missionnaire en Afrique. Elle est actuellement au Sénégal.
– M. l’abbé Colleville, originaire de Saint-Sulpice-les-Feuilles, fut ordonné prêtre en juin 1948 en la Collégiale du Dorat. Il fut d’abord Secrétaire de Monseigneur Rastouil de 1948 à 1951, puis Curé de la paroisse de Nouic de 1951 à 1971. Depuis il administre la paroisse de Gouzon (Creuse).
– La famille Martinenghi, receveur des postes à Arnac, eut trois enfants. Leur fille fut supérieure de la Maison des Sœurs du Sauveur de la Souterraine sous le nom de Sœur Marie-Claire. Ses deux frères, Pierre et Henri, furent prêtres.
– Mlle Hélène Rogier est au Monastère des Bénédictines de St Jean de Braye (Loiret) sous le nom de Sœur Marie Emmanuelle.
– Deux autres religieuses sont respectivement originaires du Magneau, paroisse d’Arnac-la-Poste, et de Montlambert, paroisse de Cromac. Nous regrettons de ne pouvoir communiquer leurs noms, n’ayant pu les obtenir.

Haut de page

Histoire de nos paroisses

Paroisse des Grand-Chézeaux

Quatre religieuses se sont installées aux Grands-Chézeaux en 1898. Jusqu’à la 1ère guerre mondiale elles portaient aide et secours à domicile aux personnes en difficulté.
Le 28 avril 1952, jour de confirmation, fut aussi un jour de décoration.
Dans la Semaine Religieuse du 2 mai 1952 et dans le Courrier Français, Monseigneur Rastouil faisait passer la note suivante :

Communication de l’Évêché
Mérite Diocésain
A l’occasion de la tournée Confirmation de Son Excellence : Monseigneur Rastouil a conféré la Croix du mérite diocésain le 28 avril aux Grands-Chézeaux à Mme Hortense Chartier. Un quart de siècle d’inlassable et très généreux dévouement au service des prêtres.

En 1985 la statue de St Jean a été restaurée grâce à la diligence de la municipalité.

Paroisse de Saint-Sulpice-les-Feuilles

A la suite de la foudre, le clocher de l’Église a été réparé en 1976. Toutes les pierres apparentes du porche ont été nettoyées et sablées.

Paroisse de Mailhac-sur-Benaize

L’Église qui menaçait de s’effondrer a d’abord été étayée puis réparée avec l’aide de la municipalité.

Paroisse de Saint-Georges-les-Landes

M. l’Abbé Leclerc note, dans son dictionnaire historique et géographique de la Haute-Vienne, les renseignements suivants concernant l’Église de Saint-Georges-les-Landes et Puy-Laurent :

Près de la porte de l’Église se trouve une très belle dalle funéraire sur laquelle est représenté, avec une croix, un chevalier, à côté de son épée. Par arrêté du 29.11.1910, elle a été classée comme monument historique. Cette dalle recouvrait probablement le tombeau des seigneurs de l’Age de Puylaurens, qui était dans cette église.
Dans les villages de la commune de St Georges, il faut noter qu’une loi du 9 août 1847, a réuni à la commune des Grands-Chézeaux les villages de la Clidière, la Loge, Puy-Chaffrat et Puy-Laurent. A propos de Puy-Laurent, René de l’Age, Chevalier, échangea, le 4 novembre 1540, ses propriétés du Chazelat et du Tendu pour celles de Puy-Laurent. Son fils, René de l’Age, Seigneur de Puy-Laurent, épousa Anne d’Aubusson. René de l’Age (fils de ce dernier) épousa en 1602, Jeanne de Pot. Ils furent inhumés dans leurs tombeaux dans l’église de Saint Georges Les Landes ainsi que le dit l’inscription qui y était jadis :
« Ci-dessous reposent les corps de Messire Honoré de l’Age Chevalier, Seigneur de Puylaurens, Chambellan de Monseigneur le Duc d’Alençon, frère du Roy, qui mourut le 15 janvier 1590, et Dame d’44ubusson, de la maison de La Feuillade, son épouse, qui décéda le 10 de novembre 1607. Comme aussi de Dame Jeanne Pot, de la maison de Rhodes, femme de messire René de l’Age, Chevalier, Seigneur de Puylaurens Sous-gouverneur de Monseigneur le Duc d’Anjou frère unique du Roy: laquelle Dame alla à Dieu le 27e jour du juillet en l’an Mil six cent seize. Priez Dieu pour le repos de leurs âmes. »
Les armes de la famille de l’Age de Puylaurens sont « d’or à la croix de gueule, brisée d’un lambel.

Vers 1930, une pierre tombale, placée près du grand bénitier, est remise derrière la porte d’entrée.
L’électrification des cloches de l’église de Saint-Georges-les-Landes ainsi que l’installation d’un Angélus automatique sont prévues pour 1986.

Haut de page